Planchoury, situé sur le coteau droit de la Loire, entre Langeais et Saint Patrice, est un ancien fief relevant de la baronnie de St Michel sur Loire. Plusieurs seigneurs s’y sont succédé jusqu’au très respecté André Coudreau, trésorier général de France et Maire de Tours, qui fera construire, dans la deuxième moitié du XVIIème, le château dit “Château de Planchoury”.

En 1719, cette magnifique demeure et son domaine seront vendus à François Girault. Quelques trente années plus tard, le nouveau propriétaire en doublera la superficie habitable.

Après la révolution, il appartiendra à la famille Desmé de Chavigny puis à un de sa descendance, le célèbre Ferdinand de Chavigny, Chevalier de Malte (connu sous le nom de Chevalier de Planchoury). Le château connaîtra alors de nombreux travaux d’embellissement (vers 1840). A la mort du maître des lieux, sa veuve le vendra à un certain Eugène Sébastien Polak (1858).

Au début du XXème siècle, en 1907, le Château de Planchoury prendra une toute autre allure, devenant une école de jeunes filles. La directrice et propriétaire, Madame Lemesle, y créera une nouvelle manière d’enseigner aux jeunes demoiselles de bonne famille, devenant ainsi, en France une des premières instigatrices du « mouvement de l’éducation nouvelle ».

Entre les années 30 et 60, le domaine sera repris par la famille De Buigne, qui le transformera en une exploitation agricole. Pendant la deuxième guerre mondiale, leur fils Francis, résistant, utilisera les caves pour des réunions secrètes avant de rejoindre les forces françaises libres. Il sera arrêté à Bordeaux…

Le château et son domaine serviront de camp pour la F.F.I. (Forces Françaises de l’Intérieur) durant la seconde guerre mondiale.

Monsieur Emmanuel Olive, propriétaire du magazine “Plaisir de France” achètera et restaurera intégralement le Château de Planchoury . Ce dernier sera vendu en 1977, puis revendu en 1981 à Monsieur Robert Keyaerts, industriel belge, qui quittera ainsi sa terre natale pour la France, suivant les souhaits de son épouse française.

Robert Keyaerts

Il se passionnera pour la marque Cadillac et fera construire un bâtiment voué à sa collection de voitures. Plusieurs années plus tard, après son décès, ses deux filles, Magali et Geneviève, créeront le Musée d’automobiles Cadillac. Ce lieu prestigieux, tant par la qualité que la quantité de ses modèles (environ quatre-vingt) restera ouvert au public pendant dix ans.

Aujourd’hui, le parc du château est un lieu d’accueil d’événements.

Vieille photo du Château de Planchoury

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Collection Cadillac